Plaques de chocolat, gâteaux, bonbons, boissons, yaourts, etc. Nous avons plus que l’embarra du choix, lorsqu’il s’agit de manger du chocolat. Au lait, blanc ou noir, le chocolat est un aliment de plaisir !   

Mais, en ce qui concerne l’activité physique, plaisir peut-il rimer avec performance ?

Les sportives et sportifs peuvent tout à fait manger du chocolat, c’est un aliment riche en sucre, en magnésium et en fer. Mais le chocolat a aussi une forte teneur en graisse, c’est pourquoi, pour celles et ceux qui sont soucieux du contenu de leur assiette,  il est préférable d’éviter de manger, le même jour, du beurre, du fromage et des œufs.


Le chocolat est un mélange de sucre et de graisses, plus ou moins digestes. C’est pourquoi, lorsqu’il s’agit de perdre du poids, cette combinaison, sucre-lipide, n’est pas recommandé. En effet, c’est précisément les aliments riches en sucre et en graisse, qui favorisent, s’ils ne sont pas utilisés par le muscle, les graisses de réserve.

L’intérêt diététique du chocolat, tient dans sa teneur en minéraux : 15g de cacao couvre entre 10 et 20% des besoins quotidiens en

Sans titre

magnésium, et 10% de ceux en fer. Serte, celui-ci est moins bien assimilé par l’organisme, que s’il provient de la viande, mais ces minéraux, nous donneront meilleurs conscience, lorsque nous dégusteront notre carré de chocolat !

Comme pour tous les aliments, le chocolat, consommé avec modération, n’est pas incompatible avec une diététique sportive.

Bonne digestion après Pâques !!!

Sources : « l’alimentation du sportif en 80 questions », de Denis Riché, chez Vigot.